AUSWANDERERBLOG

Schande für die Schweiz

Posted in Politik by ruedibaumann on Oktober 23, 2007

Frontseite von Le Monde:

Editorial
Succès xénophobe
Les sondages l’avaient laissé entendre, et pourtant le choc est rude : les électeur helvétiques ont placé en tête des élections législatives du 21 octobre l’Unio démocratique du centre, dont l’homme fort, Christoph Blocher, ne cache pas ses idée xénophobes. Avec 29 % des voix, l’UDC gagne près de trois points, conforte sa place d premier parti de Suisse, loin devant les socialistes, et étend son influence au-delà des canton alémaniques pour s’implanter chez les Romands

Depuis que M. Blocher en a pris la direction, ce parti n’a plus de centriste que le nom. Le fils de pasteur qui a réussi dans l’industrie a fait de la dénonciation des étrangers et de la menace qu’ils sont supposés représenter pour l’identité et la tranquillité suisses son fonds de commerce. Avec succès. Le pays qui a vu naître Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge, et qui abrite nombre d’organisations internationales a cessé depuis longtemps, il est vrai, d’être un havre pour les réfugiés du monde entier.

Depuis plusieurs années, les lois contre les demandeurs d’asile ont été durcies. Une grande partie de l’opinion helvétique trouve de toute évidence que les contrôles restent insuffisants, encouragée dans son hostilité aux étrangers par une dégradation de la situation économique. Jadis îlot de stabilité, la Suisse a connu la dépression, l’inflation et le chômage, à l’instar de nombreux pays du Vieux Continent. Toujours dans la veine xénophobe que son parti a exploitée, M. Blocher est un farouche adversaire de l’Europe, celle de Bruxelles et des “ bureaucrates „. Les Suisses ont refusé plusieurs fois de la rejoindre, même s’ils sont bien obligés de composer avec elle, ne serait-ce que pour des raisons géographiques.

La victoire de l’UDC ne semble pas devoir remettre en cause la “ formule magique “ selon laquelle la Confédération helvétique est gouvernée depuis les années 1950. Quatre partis se distribuent les sept postes de conseillers fédéraux (ministres), et l’un d’eux est désigné, à tour de rôle, président de la Confédération pour un an. Ce sera le tour de M. Blocher en 2009. On voit mal comment pourrait être évitée cette nomination qui ne fera pas honneur à la Suisse et qui risque de lui causer des déboires sur la scène internationale. Le parti “ libéral “ de Jörg Haider n’avait pas atteint le score de l’UDC, et l’Autriche s’était pourtant retrouvée, pour un temps, au ban de l’Union européenne

Le caractère feutré de sa vie politique et son goût de la modération assuraient à la Suisse une place à part. Elle va rester une exception, mais pour des raisons opposées. “ Y en a point comme nous “ : cette fière revendication des Romands est en passe de se vérifier pour toute la Confédération. Mais ce qui était une prétention à l’excellence n’est plus, cette fois, à son avantage.

© Le Monde

„Je vais mourir!“

Posted in Politik by ruedibaumann on Oktober 23, 2007

„Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. (…).

Der ganze Brieftext

Brieftext deutsch übersetzt

Gestern wurde auf Veranlassung von Nicolas Sarkozy an den französischen Gymnasien der bewegende Abschiedsbrief von Guy Môquet, einem 17jährigen kommunistischen Resistance-Kämpfer vorgelesen, der am 22. Oktober 1941 mit 27 anderen jungen Leuten von den Nazis erschossen wurde.

Misstöne bei Gedenkfeier

Vielerorts ist dadurch eine heftige Debatte entbrannt, ob sich ein Staatspräsident derart in den Geschichtsunterricht des Landes einmischen dürfe (Sarkozy als Oberlehrer).

Ich weiss es auch nicht. Immerhin ist es eine Möglichkeit, den jungen Leuten zu zeigen, zu welchen Verbrechen der Fremdenhass, die Ausgrenzung und der Nationalismus führen können. Selbstverständlich muss das Geschehen im Rahmen des Geschichtunterrichts an den Schulen in den Gesamtzusammenhang eingebettet werden. Ich habe immer das Gefühl, dass Frankreich die Zeit des Zweiten Weltkriegs (Résitance, Collaboration, Vichy-Regime) noch nicht genügend aufgearbeitet hat. Vielleicht ist diese Gedenkfeier und die Diskussion darüber ein Schritt in die richtige Richtung.